Texte adulte

Publié le par bibliosaintesoulle

Le coq Maurice ou le dernier jour des condamnés

 

 

 

Le procureur a du bien rire

Quand on a fait entrer l’accusé

Un triste coq bien remplumé

Dans le tribunal en plein délire !

Inculpé pour des cocoricos 

Qui gênaient le sommeil des bobos.

Mais il a gagné le brave Maurice 

Et une belle occasion lui fut donnée

De chanter sur ce tas de fumier

Que les hommes appellent justice !

N’empêche que si tous les cons savaient chanter

Aussi bien que notre gallinacé

Les soirées dans nos cités

Seraient bien plus animées !

 

Le procureur a du sourire

Quand sont apparues les inculpées

De braves vaches endimanchées

Au tribunal du mal en pire.

Accusée avec leurs pets

De gêner les naseaux des vacanciers.

Elles ont perdu les pauvres bêtes !

Les arrêts des hommes sont plus malsains 

Que l’odeur même de leur purin.

Mais les juges ont eu leurs têtes !

N’empêche que si tous les cons donnaient du lait

Le temps qu’ils consacrent à meugler

La France serait le premier exportateur

De fromage et de beurre !

 

Le procureur a du pleurer 

En appelant les prévenues

Des rainettes un peu perdues

Au tribunal des aliénés. 

Les coassements des grenouilles 

Mettaient la tête comme une citrouille.

Les batraciens furent condamnés

A l’exil. Et leur mare à être bouchée.

Chez nous on préserve la biodiversité,

Mais que pour les animaux restant muets.

N’empêche que si les cons savaient coasser 

Comme les grenouilles aiment à chanter 

Les chorales dans nos villages 

Feraient un sacré remue-ménage !

 

Ami de la ville qui aime la campagne 

Accepte les bruits qui l’accompagnent

Les cigales, les coqs, les vaches, les mouettes

Les cloches des églises, et le hululement de la chouette.

Si tu leur préfères le bruit des enceintes Bluetooth 

Des mobylettes ou des voitures de course.

Reste dans ton monde bétonné 

Et laisse nos Maurice vivre en paix !

 

 

 

Hervé Leyral 

(Martignas-sur-Jalles 33)

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article